La conciliation travail famille, on peut agir :

Vidéo réalisée par MAtv Gatineau dans le cadre du Droit de parole Conciliation travail famille organisé par AGIR et OFE et financé par le Secrétariat à la condition féminine.

Contexte du projet conciliation travail famille j’agis

Le projet conciliation travail et famille (CFT) j’agis est piloté par l’Assemblée des groupes de femmes d’interventions régionales (AGIR). Il a été financé dans le cadre de l’entente spécifique en matière d’égalité entre les femmes et les hommes en Outaouais (ESO). C’est une initiative de plusieurs partenaires de la région de l’Outaouais.

Il consiste à réaliser un site web dont l’objectif est de recenser les outils, programmes et ressources qui existent en matière de conciliation travail-famille à travers le Québec et de les mettre à la disposition des entreprises et organismes de l’Outaouais afin de les informer, les sensibiliser et les guider dans l’implantation de mesures de conciliation travail-famille dans leurs milieux.

Ainsi les employeures et employeurs trouveront dans ce site :

  • Les avantages de mettre en place des mesures conciliation travail-famille
  • Les aides financières dont elles peuvent bénéficier pour réaliser leur projet
  • Les différents moyens d’accompagnement disponibles pour les guider de manière efficiente à réaliser leur projet
  • L’accompagnement professionnel qu’elles peuvent solliciter afin de faire le travail de préparation
  • Les différents prix et certifications qu’elles peuvent avoir et qui leur garantissent de la visibilité
  • Le moyen de se démarquer et devenir un employeur régional de choix
  • Une liste de publications et de liens sur la conciliation travail-famille

AGIR est une table de concertation de femmes et groupes de femmes de l’Outaouais qui existe depuis 25 ans dont un des objectifs est de contribuer à l’atteinte de l’égalité de fait entre les femmes et les hommes. La revendication de  cette égalité répond à un souci de refléter la diversité de la société et de rendre compte d’une situation sociale réelle.

Pourquoi conciliation travail famille j’agis ?

Dans le contexte actuel où les exigences liées à la vie au travail et celles à la maison tendent de plus en plus à augmenter et à s’opposer, les entreprises vont  être de plus en plus contraintes de mettre en place des mesures de conciliation travail-famille au sein de leur milieux si elles veulent conserver des travailleuses et des travailleurs en santé et productifs.

Cependant, les nouvelles structures familiales, le retard dans l’adaptation des structures et des modes de fonctionnement aux nouvelles réalités des familles, les exigences du marché du travail et de la participation sociale ainsi que les transformations démographiques de la société québécoise sont autant d’éléments qui contribuent à complexifier la conciliation travail-famille.

Avoir un enfant ou encore soutenir des personnes dépendantes au sein de la famille n’ont pas les mêmes conséquences pour les femmes que pour les hommes. Outre qu’elle repose sur l’adoption de mesures qui s’adressent aux individus, la conciliation travail-famille réclame un changement de culture de la part des organisations. Celles-ci doivent contribuer à ce que les femmes et les hommes puissent exercer la diversité de leurs rôles sociaux, en particulier celui d’avoir soin de leurs enfants et de leurs proches. Le soutien à une meilleure articulation entre les sphères domestique et professionnelle s’avère un levier puissant pour réduire les inégalités entre les femmes et les hommes tout en ayant des effets positifs sur l’économie. (Extrait politique: pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait)

Quelques statistiques :

Ce sondage, réalisé par l’organisme Naître et Grandir sur la question de la conciliation travail-famille, révèle que 67 % des travailleurs ne sentent pas que l’entreprise où ils travaillent fait des efforts pour faciliter la conciliation travail-vie privée. On y apprend aussi que 45 % des parents éprouvent de la difficulté à concilier travail et famille et que seulement 20 % des parents affirment que leur employeur a une politique de conciliation travail-famille.